Marine Marchande    
 
Accueil
 
Présentation
 
Histoire de la Marine
 
Salle Marine
 
Salle Antarctica
 
Centre de Documentation Marine

La Seconde guerre mondiale a démontré qu’il ne faut pas perdre la maîtrise des mers. Cette bataille aura pour la marine marchande belge de lourdes conséquences. Dès la mobilisation, en 1939, celle-ci est confrontée à la problématique des ralentissements. Un blocus et un contrôle de la navigation dans la Manche et la mer du Nord est imposé par les anglais et les français. Les mines et les attaques contre les convois mettent les navires chaque jour en péril.

 

Durant la « drôle de guerre », la flotte de commerce déplore la perte de onze navires ; l’un d’entre eux est torpillé (S/S SUZON), quatre autres sautent sur des mines et le reste fait naufrage suite à l’extinction des feux de balisage.  Parmi ceux-ci signalons que, déjà le 15 septembre 1939, le M/S ALEX VAN OPSTAEL, une de nos plus belles unités en route de New-York vers Anvers heurte une mine dans la Manche. Ce navire est la première perte belge de la Seconde guerre mondiale. 

 

Le 10 mai 1940, la marine marchande compte cent navires jaugeant au total 422.997 tonneaux bruts et à répartir comme suit : 5 navires à passagers, 54 cargos, 9 tankers, 32 navires-côtiers. À la fin du « Blitzkrieg » à l’Ouest, une flotte belge de 350.000 tonnes peut échapper aux bombardements et aux torpillages de l’ennemi ; une partie des navires n’a jamais abandonné la mer, mais d’autres se trouvent dans les ports, fautes d’équipages, fautes d’instructions, attendant les ordres pour participer à l’effort de guerre.

 

Pendant toute la durée de la guerre, la marine marchande belge est mise à la disposition du Ministry of War Transport (MOWT) britannique. Celui-ci veille à l’armement des navires, à l’instruction des canonniers embarqués et met les navires à la disposition de l’Amirauté britannique. La bataille de l’Atlantique coûte aux alliés 45.000 marins et 2.700 navires de commerce. Quant à la marine marchande belge, elle subit la perte de 78 navires, soit 64 % de l’ensemble de flotte, et la disparition de 855 marins, ce qui représente 35 % de l’effectif.

 

La reconnaissance nationale sera accordée à la marine marchande belge par l’Arrêté Royal du 24 janvier 1968.

 

Également, il est à noter que les navires marchands participent aux différentes opérations maritimes de la Seconde guerre mondiale : les convois vers la Russie, en Méditerranée, dans l’Océan Indien, dans le Pacifique et aux débarquements d’Afrique du nord, de la Sicile, de Normandie et de Provence.

© 2016 marine-mra-klm.be