La bataille de l'Atlantique    
 
Accueil
 
Présentation
 
Histoire de la Marine
 
Salle Marine
 
Salle Antarctica
 
Centre de Documentation Marine

La guerre sur mer, engagée dès septembre 1939, va prendre rapidement de l’ampleur après l’occupation des ports de Norvège et de France. Ces actions de guerre coûteront la vie à des milliers de marins bien avant que la Belgique ne soit envahie le 10 mai 1940.

La «Bataille de l’Atlantique» est la lutte menée pour sa survie par l’Angleterre contre les sous-marins allemands acharnés à lui couper tout ravitaillement et renforts en provenance de ses colonies et surtout d’Amérique. Pour ce faire, ne disposant que d’une faible flotte de surface, l’Allemagne mise surtout sur les sous-marins et les mines (360.000 mines sont mouillées en Mer du Nord par les belligérants durant la guerre). Les navires de transport en sont la cible et les pertes sont énormes. A ce moment, l’Allemagne croit réellement pouvoir étrangler l’Angleterre.

Pour protéger ses navires de transport, la Royal Navy les groupe, dès le 4 septembre, en convois escortés de navires de guerre. Les Britanniques peuvent compter sur l’aide de nombreux hommes et navires venant des territoires occupés par l’Allemagne (dont de nombreux Belges), mais aussi des pays membres du Commonwealth et des Etats-Unis. Le nombre d’escorteurs, nettement insuffisant en 1939, va progressivement s’accroître grâce à plusieurs programmes de construction d’urgence.

Dès lors, la bataille de l’Atlantique se résume pour les Alliés à couler un maximum de sous-marins allemands et à produire plus de navires de transport que ces derniers n’en coulent, afin d’acheminer vers les îles Britanniques les hommes et le matériel nécessaires à la victoire finale.

Avec l’accroissement du nombre des navires d’escorte, renforcés par la mise en oeuvre de porte-avions d’escorte, avec l’entrée en guerre des USA en 1941, et grâce aux améliorations tant techniques (sonar, radar, HF/DF, armes anti-sous-marine,...), que stratégique (l’occupation de l’islande,..) et tactiques (nombre d’escorteurs, constitution de groupe «hunter-killer », méthode de lutte anti-sous- marine,...), ainsi que par le déchiffrage des codes secrets de la Kriegsmarine, et, plus tard, la protection aérienne assurée par les appareils du Coastal Command, les Alliés gagnent dès 1943 cette bataille, facteur déterminant de la Seconde Guerre mondiale.

Elle a coûté la perte de 5.150 navires (21.570.720 tonnes de jauge brute), dont 78 belges, et 45.000 marins alliés ont laissés leurs vies au cours de cette bataille. 9.000 convois emportant 35 millions de tonnes de renfort et de ravitaillement ont atteint les ports britanniques. Plus de 70% des sous-mariniers allemands perdront la vie.

© 2016 marine-mra-klm.be