Napoléon s'était rendu à Ostende à plusieurs reprises depuis 1798 et souhaitait utiliser l'emplacement stratégique de la ville pour atteindre ses objectifs dans la guerre de course.

 

À partir de 1803, le littoral d’Ostende avait été fortifié, après que l'attaque des Anglais avait conduit au siège de la ville jusqu’en 1802. Après avoir été repoussée plusieurs fois depuis 1799, en 1811, la construction commence dans les dunes, à l'est du port d'Ostende avec plus de 400 prisonniers de guerre espagnols. En briques sur le modèle de l'architecture de forteresse traditionnelle sur un plan pentagonal, un bâtiment central de deux étages avec une cour de 28 mètres de long légèrement en contrebas, permettant l'accès aux remparts couverts (caponnière) avec des meurtrières donnant sur l'extérieur à huit mètres de haut. Le fort était équipé d'une cuisine basique et d'une boulangerie, et de toilettes, le tout fonctionnant avec l'eau de pluie recueillie dans une citerne. Le "Fort Impérial" était destiné à 260 soldats et officiers et équipé de 46 canons.

À la suite de chute de Napoléon, le fort n'est pas totalement terminé et n'est plus occupé par les militaires français. Occupé par les troupes britanniques en 1815, il est finalement repris par les troupes néerlandaises, qui donnèrent au fort le nom de "Fort Willem I". En 1830, le nom de "Fort Léopold" est donné en hommage au roi Léopold Ier, mais la population ostendaise utilise toujours l’appellation "Fort Napoléon" par rapport à l'occupation récente.

Lors de la guerre franco-prussienne, le fort servira de prison en septembre 1870 pour une centaine de prisonniers de guerre français fait à la bataille de Sedan.

Fort Napoléon à Ostende